, ,

La gestion du stress pour soulager le reflux gastro-oesophagien

stress reflux gastro-oesophagien

Origine du stress lié au reflux gastro-oesophagien

Le stress est, à la base, un processus normal et adaptatif, et donc positif. Tout comme l’animal qui se met en phase d’alerte pour combattre ou fuir face à l’attaque de son prédateur, l’être humain se met en état de stress pour réagir à différentes situations potentiellement dangereuses et qui nécessitent une action.

Simple exemple, une voiture passe à toute vitesse et risque de vous écraser : vous vous mettez en état de stress (accélération du rythme cardiaque, respiration plus rapide, les muscles se chargent de sang…) pour agir et éviter le contact dangereux.

Il faut savoir que le stress problématique s’installe par accumulation, dans le cas où de nombreuses situations stimulent le système orthosympathique (phase d’alerte). Dans ce cas précis, le stress peut provoquer une série de troubles somatiques, comme des maux de tête, des contractions musculaires, de troubles du sommeil, ou encore certaines maladies. Le stress est d’ailleurs un déclencheur très fréquent du reflux gastro-oesophagien.

60% des personnes qui souffrent de reflux gastro-œsophagien reconnaissent le stress comme un facteur déclenchant.

Comment gérer votre stress et ainsi diminuer le risque de déclenchement du reflux

Il existe toute une série d’outils concrets à appliquer au quotidien permettant d’apprendre à gérer son stress pour diminuer le reflux gastrique. Toutes ces techniques et ces exercices sont expliqués par Manuel Dupuis et le professeur Henri Boon dans un livre numérique qui présentent un grand nombre de solutions alternatives au traitement du reflux gastro-oesophagien.
> Livre numérique : En finir naturellement avec le reflux gastro-oesophagien

Bien que ces techniques soient présentées à travers ce livre, il est d’abord conseillé de faire quelques séances chez un spécialiste de la discipline afin de se familiariser à leur usage, en individuel ou en groupe.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *